FOL 93 : cap sur la jeunesse

IMG_0324

Cap sur la jeunesse.  Cette priorité a été  rappelée par la présidente de la FOL 93 dans son rapport moral. Claire Pessin-Garric a également souligné la nécessité que celle-ci puisse trouver « les moyens de son autonomie et sa place dans une société dont elle est pourtant l’avenir« .

Mais qu’en est-il à ce propos au sein du département le plus jeune et le plus métissé de France ? Dans son rapport d’activité, Robert Turgis, le directeur général, met en lumière le fait que les baisses constantes des dotations de l’État aux collectivités territoriales impactent particulièrement l’application de la réforme des rythmes scolaires. En effet, scelle-ci permet un accès plus important aux pratiques sportives et culturelles, avec une hausse allant jusqu’à 50% ; en revanche les financements n’ont pas suivis mettant plus que jamais sous tension le vaste chantier de l’éducation populaire. « Il s’agit bien de permettre à tous les enfants de pouvoir avoir accès aux différents codes culturels de la société, sans avoir l’impression de déployer un courage singulier si un prêt étudiant leur donne accès aux études supérieures », d’expliquer en substance le directeur.

Cette inégalité territoriale, la FOL la combat à travers une série de dispositifs dont l‘un des plus significatifs est sans doute les juniors associations. Au cours de l’année dernière, 20 juniors associations de Seine Saint-Denis ont été habilitées par la Réseau National des Juniors Associations (RNJA) et ont pu mener leurs projets dans 13 villes du département. Dédiées notamment à des projets de coopération internationale ou de solidarité, un bon tiers d’entre elles ont pu conduire leur initiative jusqu’au bout. Les filles, comme prévu, sont à la manœuvre : elles représentent 55% des inscrits et six associations sont entièrement composées de jeunes militantes. La moyenne d’âge est de 15 ans.

(Le désengagement des garçons dans ce domaine pose un problème récurrent et mériterait à cet égard une réflexion et des actions singulières. Ajoutons que ce phénomène de déclassement des garçons se manifeste dans l’ensemble des pays occidentaux.)

Par ailleurs avec les deux secteurs sportifs de la Ligue, l’USEP pour le sport éducatif à l’école élémentaire et l’UFOLEP pour les pratiques sociales du sport, la FOL a mis en place tout un éventail d‘actions éducatives comportant une douzaine de dispositifs parmi lesquels l’éducation à la différence, la citoyenneté scolaire, le BAFA…

Ces dispositifs touchent plus de 15 000 écoliers dans une trentaine de villes. Ils sont encadrés par huit salars et 135 bénévoles ; le but étant d’agir pour l’accès à l’éducation, l’égalité des droits, la citoyenneté et la vie scolaire et pour la reconnaissance, le partage et l’expression de la diversité culturelle comme forme d’intégration.

Toutes ces actions sont plus que jamais importantes surtout au moment où la société française traverse une crise des valeurs. Mais la France compte 1,300,000 associations rassemblant plus de 12 millions de bénévoles dont le PIB représente deux fois et demi celui de l’agriculture soit 1,8 millions d’emplois, l’équivalent de 10 % de l’emploi privé en France ! Un an après le vote de la loi de l’économie sociale et solidaire, il est important de mieux faire connaître ce secteur d’activité. C’est d’ailleurs une des missions de ce site.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *