Les jeunes « issus de la diversité » à l’épreuve des politiques publiques.

« Et si on en parlait ensemble ?” Tel était le titre du colloque organisé le 6 avril 2016 à la Maison des sciences de l’Homme à la Plaine-­Saint-­Denis par Idées 93, un regroupement de 29 associations autour de la question des jeunes des quartiers populaires et des enjeux de politiques publiques.
Ceux du Département de la Seine-Saint­-Denis, le plus jeune de France, ont été de nouveau au cœur de ces réflexions. Un habitant sur trois y à moins de 20 ans et autant sont sous le seuil de la pauvreté. Car 32 villes sur 40 sont inscrites dans les politiques de la ville, explique Candice Vincent, cheffe de projet auprès de « Profession Banlieue ». Au lieu de servir de tremplin, la diversité culturelle est plutôt vécue comme un frein. « La jeunesse du 93 est-­elle si différente ? » a demandé Gilles-Laurent Rayssac à la brochette d’experts réunis pour l’occasion. Pour Alain Bertho Directeur de la Maison des sciences de l’Homme et professeur d’anthropologie, la société n’a pas tiré les leçons des émeutes de 2005. Quant à Régis Cortesoro, chargé d’étude et de recherche « politiques éducatives », Injep, la question des jeunes a été formidablement dépolitisée. Cette première table ronde a été complétée par une seconde, dédiée aux interrogations des professionnels, déjà introduite par Michel Joubert, sociologue, coordinateur du DESU (Prévention des conduites à risques), Paris 8 qui a abordé la fragilité et la précarisation du travail social. Cette rencontre fut ponctuée par des témoignages vidéo de jeunes et par l’intervention d’Edouard Zambeaux, journaliste chez France Inter.IMG_0304

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En utilisant ce formulaire, vous acceptez que nous stockions vos données sur ce site web.